Bien choisir sa sellette est important mais savoir la régler l'est tout autant car la sellette est un véritable instrument de pilotage, essentiel pour le contrôle de l'aile. Les sellettes disposent de différents réglages possibles selon les modèles. Chaque réglage a une fonction précise et l'ensemble a une incidence sur la stabilité, le pilotage et le confort.

Installez votre sellette sous un portique. Les points d’ancrage ne doivent pas être trop rapprochés (la traction sur les élévateurs doit s’exercer légèrement vers l’extérieur : écart optimum entre les points d'ancrage, environ 1 mètre). Ils doivent être reliés à la sellette par deux brins d'environ 80 cm de long. Vous êtes installé dans votre sellette ? Les réglages peuvent commencer !

1.

avant tout : le placement du bassin

Positionnez vous correctement

C’est assez simple avec une sellette assise, plus compliqué avec les cocons. Il s’agit de vérifier que l'on peut facilement s’installer au fond de la sellette, sans l’aide des mains, uniquement en prenant appui sur ses élévateurs et en remuant son bassin. Vous être bien calé dans votre sellette ? Passons aux premiers réglages...

2.

inclinaison du buste

Réglage des dorsales

C'est le réglage le plus important car il impacte directement la stabilité de la sellette.

Ce réglage, qui se trouve au milieu de votre dos, permet d'ajuster l'inclinaison du buste. Pratiquement toutes les sellettes (sauf certains harnais ultra light) ont ce réglage. D'ailleurs, nous déconseillons les sellettes qui ne permettent pas de changer ce réglage en vol ! Il faut pouvoir, en fonction de l'aérologie (mais aussi en fonction de l'épaisseur de vos vêtements), se redresser ou s’incliner davantage, en resserrant ou desserrant les sangles sur 1 ou 2 cm.

Pour optimiser notre stabilité dans la sellette, il faut voler avec le buste légèrement incliné en arrière (environ 20°). Afin de vérifier que l'on est bien positionné, on place nos avant-bras le long des élévateurs. Les coudes doivent se situer à quelques centimètres des maillons d’ancrages. 

Beaucoup de pilotes ont tendance à voler avec le buste trop incliné en arrière parce qu'ils se sentent plus confortables et peuvent mieux voir leur voile... Mais plus on vole avec le buste incliné en arrière, moins on est stable sur tous les axes (lacet, roulis, tangage). Notamment lors des mouvements de bascules arrières induits par des fermetures importantes qui deviennent beaucoup plus difficiles à gérer. En outre, trop incliné en arrière, le pilotage sellette est moins efficace car les appuis sellette sont moins marqués. Les ''contre-sellette'' perdent de leur puissance.

Découvrez le guide en vidéo !

3.

cambrure du dos

Réglage des lombaires

Ce réglage concerne le bas du dos (zone des lombaires). Il existe sur toutes les sellettes haut de gamme et plus rarement sur les modèles entrée de gamme et les modèles ultra light.

Il permet d’ajuster le placement du bassin dans le châssis. En resserrant le réglage des lombaires, on avance le bassin vers l’avant. En desserrant, on recule le bassin. Plus les corpulences sont fines et plus on a besoin d’avancer le bassin. Plus les corpulences sont fortes et plus on a besoin de reculer le bassin dans le châssis.

Ce placement du centre de gravité impacte la stabilité de la sellette et notre équilibre : plus on recule son centre de gravité et plus on l’écarte des points d’ancrage de la sellette, moins on est stable sur tous les axes.

Ce réglage permet aussi de modifier la cambrure du dos. Certains pilotes se sentent plus confortables avec le dos arrondi, d’autres préfèrent avoir le dos cambré. Cependant, la cambrure du dos n’a pas d’effet sur la stabilité de la sellette.

4.

ECARTEMENTS DES POINTS D'ancrages

Réglage de la ventrale

Ce réglage est important. Il modifie la géométrie de la sellette en écartant ou en rapprochant les points d’ancrages. Il fait varier l’efficacité de l'ABS (Anti Balancing Système) et joue donc sur le pilotage sellette.

Avec la plupart des ABS, quand on resserre sa ventrale on augmente la stabilité de la sellette au détriment du pilotage. En desserrant sa ventrale, l’ABS perd de son efficacité, on est moins stable mais on est plus efficace en pilotage.

Les valeurs de réglage sont indiquées par les fabricants et validées lors des homologations et des tests en vol. Ils évoluent en fonction des PTV entre 38 et 46 cm. Il est donc du ressort de chaque pilote de trouver le bon réglage de ventrale qui lui garantira à la fois un bon équilibre et un bon pilotage.

Il existe des sellettes et des harnais où les fabricants ont pris le parti de ne pas mettre de réglage de ventrale afin que la géométrie de leur sellette ne soit pas modifiable et de garantir ainsi un bon compromis entre stabilité et pilotage.

5.

Réglage de l'inclinaison du plateau

Ce réglage n’est présent que sur des sellettes à plateau. Une sangle ancrée entre l’avant extérieur du plateau et la zone des points d’encrage permet de modifier l’inclinaison du plateau. On peut ainsi choisir de voler avec les cuisses et les genoux plus ou moins relevés, sans que cela impacte grandement la stabilité et le pilotage (notons cependant qu’en relevant les genoux, on perd un peu de pilotage sellette).

6.

Réglage des sangles
d’épaules

Certains pilotes pensent à tord que ce réglage permet d'ajuster l'inclinaison de son buste. En fait, les sangles d'épaules permettent de porter la sellette lorsqu’on est au sol et assurent le contact avec le haut du buste et les épaules. Il ne faut pas trop serrer ces ''bretelles'' au risque de compliquer le passage assis après le décollage.

Cependant, il est vrai que quand le haut du dossier est très souple, les bretelles d'épaules peuvent permettre de régler son inclinaison. Il faut dans ce cas là, les serrer un peu plus. A noter que certains modèles ne disposent pas de bretelles d'épaules ou seulement d'un simple élastique, comme la Karver, la Strapless ou le String 3.

7.

Réglage de la pectorale

Cette petite sangle située au niveau de la poitrine permet de maintenir en place les bretelles d’épaules.

Prenez l’habitude de placer cette sangle (quand c’est possible) le plus bas possible, car elle peut créer un danger lors d’une ouverture de parachute en étranglant le pilote.

Il est souvent nécessaire de la serrer correctement quand on utilise des sellettes ou des harnais légers qui n’offrent pas une bonne rigidité en haut du dos. En resserrant cette sangle pectorale, on améliore nettement la tenue du dossier, le contact sur le haut du dos et son inclinaison.

8.

Réglage des cuissardes

Il est nécessaire de régler ses sangles de cuissardes en les positionnant le plus bas possible le long des cuisses et sans trop les serrer pour ne pas gêner l’installation. Mais les géométries et des sellettes modernes sont de moins en moins conçues avec des cuissardes. On voit de plus en plus de sellettes avec des fermetures frontales qui relient directement les sangles de cuissardes à la ventrale et aussi des géométries comme les ABS à cuissardes. Exemple : la Radical 4 Supair, la Success 5 Advance, la Cruise Skywalk

Conclusion

Même avec la meilleure des sellettes, si vous ne faites pas les bons réglages vous ne pourrez pas être efficace en vol et vous serez en difficulté dans des situations exigeantes comme le vol en thermique et pratiquement dans l’incapacité de gérer d'éventuelles sorties du domaine de vol.

Alors... à vos portiques !

Découvrez le guide en vidéo !

Commentaires (0)

Aucun commentaire pour l'instant

CONSEILS ET AIDES AUX CHOIX

PAIEMENT SECURISE EN 3X OU 4X

LIVRAISON GRATUITE DES 200€

CADEAUX DES 150€ D'ACHAT

RETOUR GRATUIT SOUS 14 JOURS

SAV GRATUIT DISPONIBLE 6J/7

Service client

Des conseillers techniques à votre écoute

Appel non surtaxé
Du lundi au samedi de 9h à 12h et de 15h à 19h

Réponse en moins de 48h

Service client

Des conseillers techniques à votre écoute

Appel non surtaxé
Du lundi au samedi de 9h à 12h et de 15h à 19h

Réponse en moins de 48h

Produit ajouté à la wishlist